LED ACADEMY Fond d'écran
LED ACADEMY Bandeau

Traitement thérapeutique LED : INFOGYN PAU: Intérêt de la démarche PBM* en gynécologie - DR Michèle PELLETIER

INFOGYN PAU: Intérêt de la démarche PBM* en gynécologie - DR Michèle PELLETIER

Retour Nous contacter Identifiez-vous

cliquez sur les images pour les agrandir

INFOGYN  PAU:  Intérêt de la démarche PBM* en gynécologie   -    DR Michèle PELLETIER
INFOGYN  PAU:  Intérêt de la démarche PBM* en gynécologie   -    DR Michèle PELLETIER

 

Intérêt de la démarche PBM* en gynécologie


Commentaire


Intégrer la thérapie par photobiomodulation en pratique gynécologique.

C’est revenir sur certains principes de base de la low level therapy (Led /Laser).


Gynécologues, sexologues, chirurgiens, obstétriciens, dermatologues, médecins généralistes parfois en première intention, sages femmes.

Tous, sont concernés sous un angle de vue variable. Face à une constante :
La demande de la patiente est toujours symptomatique d’une souffrance. Certes personnelle, elle implique souvent la relation à l’autre.
Ce sont les bases mêmes de l’action photonique qui conduit au concept de prévention.


• Il s’agit d'une lumière informationnelle.

Elle induit des messages qui conduisent à des échanges biologiques cellulaires source de synthèse majeures (Slide 2).
Les chromophores sont: l’eau, l’hémoglobine et la mélanine.
Son théâtre d’action se situe au niveau de la partie terminale de l’enzyme respiratoire cellulaire : la Cytochrome c oxydase
Celui-ci se situe dans toutes les cellules de notre organisme sauf les globules rouges. 
Il s’agit d un carrefour de synthèses.

L’induction sera différente suivant la cellule tissulaire intéressée (Slide 3)
Elle aboutit à une régulation de fonction physiologique.
Tous les autres organelles tapis dans l’ombre des cellules renferment encore leur secret, ils attendent de sortir de la grotte (allégorie de la caverne. Platon).

Déjà de nombreuses publications laissent entrevoir ces « discrets récepteurs »…. (Cours inflammation, cicatrisation C Barsan module 1)
• La relation effet / dose-Irradiance n’est pas linéaire. (Slide 4)
Le principe de l'hormétique s’applique ici aussi. La courbe d’Arndt Shultz en est un bon exemple.
Comme l’a montré le Pr Tiina Karu ( Illumination de cultures cellulaires en PBM* à 632 nm en laser hélium Néon). On observe une multiplication cellulaire à partir d’un certain seuil de densité d’énergie (4j/Cm2).
En de ca pas de réponse au dessus, inhibition.
Nous attendions tous de voir si l’in vivo était corrélé avec résultats du Pr Tiina Karu dans son laboratoire à Moscou 20 ans plus tôt.
Le Pr Jared Jagdeo à Sacramento (désormais le pionnier de cet essai in Vivo) honore la vision d Arndt Schultz.
On peut en effet, in vivo, inhiber la multiplication cellulaire avec des doses bien supérieures à 4j/Cm2. Un essai clinique en phase 2 est très prometteur.


• Vers le concept de prévention
Quelles sont les pierres angulaires cliniques pour les soins de PBM*en gynécologie ?
Pourraient-elles étayer les piliers d’une médecine préventive ?
1 Le travail locorégional du champ d’illumination bien au delà de la lésion. (Slide 5)
2 La régulation de l’histoire de la lésion. Comme on le voit sur cette cicatrice de thyroïdectomie qui se «gomme ». Ou cette autre cicatrice d’hallus valgus. qui acquiert de la souplesse même en l’absence de résultat esthétique agréable (Slide 4)
3 L’effet retard très important à expliquer au patient pour une bonne observance concertée.(Slide 5)
4 La séméiologie comparée. les travaux du Pr René Jean Bensadoun avec le Dr Gaston Ciais (depuis près de 30 ans) sur la muqueuse buccale peuvent éclairer notre approche sur la muqueuse gynécologique .

La cicatrisation des mucites radio et chimio induites ont ouvert la voie (Slide 7)
La muqueuse génitale en diffère. Mais on peut la rapprocher par son absence de couche cornée, le maintien de son hydratation, les surinfections souvent dépendantes de l’écologie du milieu. Ses retentissements fonctionnels et psychologiques.
• Pour tout paramétrage, on pourra effectuer un algorithme clinique (Slide 8)
Le traitement en PBM* d’un Lichen scléreux (Slide 10) conduit peut être à la prévention d’une cancérisation.

Une étude multicentrique est menée avec de nombreux gynécologues et dermatologues dans ce sens (en voie de publication).
Non seulement lumineuse, l’action photonique (vecteur de quelques électron- volts) est immensément salutaire…

©Dr Michèle Pelletier