LED ACADEMY Fond d'écran
LED ACADEMY Bandeau

Traitement thérapeutique LED : LA COURBE d'ARNDT SHULTZ - BIPHASIC DOSE REPONSE - ARNDT SHULTZ CURVE

LA COURBE d'ARNDT SHULTZ - BIPHASIC DOSE REPONSE - ARNDT SHULTZ CURVE

Retour Nous contacter Identifiez-vous

cliquez sur les images pour les agrandir

COURBE ARNDT SHULTZ COURBE ARNDT SHULTZ shema Glen CALDERHEAD
COURBE ARNDT SHULTZ COURBE ARNDT SHULTZ shema Glen CALDERHEAD

 

Biphasic Dose Response (la courbe d'Arndt Shultz)

 


*Il semble que le déclenchement du processus de photobiomodulation obéisse à des seuils dose/intensité.

 

Il existe une valeur seuil en deça et au-delà desquelles il n’y aura aucune réponse. Pire, si la dose est trop élevée, l’effet sera négatif. Le «paramètre - seuil» optimum pour chaque indication est sans doute l’enjeu des prochaines années.

 



Cette observation s’est faite sur cultures cellulaires donc in vitro. Une culture cellulaire irradiée avec un laser Hélium Neon (632 nm) a montré que le maximum de multiplication se développait pour une illumination de 4 joules par cm2.


Nous voyons que pour un joule par cm2 le processus s’amorce, il atteint un maximum puis redescend pour des valeurs supérieures à 4 joules par cm2.


Il s'agit donc d'une relation non linéaire+++ qui caractérise le phénomène de photobiomodulation. Les études in vivo/in vitro sont nécessaires.


*D'autre part, les doses et intensités seuils sont indépendantes en ce qui concerne les effets biologiques.

Pour une même dose (joules /cm2), les résultats cliniques seront différents avec des irradiances ou densités de puissances différentes (watt /cm2 soit joules /cm2 /seconde).

 

La dose et l’irradiance ont des effets biologiques indépendants.


A bientôt M PELLETIER

 

 

Biphasic Dose Response (Arndt Shultz Curve)

 

 

* It seems that the photobiomodulation process obeys the threshold dose / intensity.

 

 

 

This observation made on in vitro cell cultures that are irradiated with a Helium Neon laser (632 nm) shows that in cell culture the multiplication of maximum illumination grows to 4 joules per cm2.


We see that for one joule per cm2 the process begins, it reaches a maximum and then goes back down to values greater than 4 joules per cm2.


It s so of a nonlinear relationship +++ characterizing the photobiomodulation process. The in vivo / in vitro studies are needed.

 

 

* Moreover, the intensities and doses thresholds are independent as regards to biological effects.

 

 

For the same dose (J / cm 2), clinical results will be different with different power densities or irradiances (watt / cm 2 or joules / cm2 / seconde).



The dose and irradiance result in independent biological effects.


My best (M. PELLETIER)